Citations

« On ne devrait jamais laisser ses amis sans surveillance. Il faut toujours surveiller ses amis. Sinon, ils vous échappent... »

Marc dans ART de Yasmina Réza

 

«Yvan : J'ai noté parce que c'est compliqué... Je vous lis ?
Serge : Lis.
Yvan : "... Si je suis moi parce que je suis moi, et si tu es toi parce que tu es toi, je suis moi et tu es toi. Si, en revanche, je suis moi parce que tu es toi, et si tu es toi parce que je suis moi, alors je ne suis pas moi et tu n'es pas toi..."
(court silence)
Marc : Tu le paies combien ?
Yvan : Quatre cents francs la séance, deux fois par semaine.
Marc : Joli.
Serge : Et en liquide. Car j'ai appris un truc, tu ne peux pas payer par chèque. Freud a dit "il faut que tu sentes les billets qui foutent le camp."»

ART, de Yasmina Réza

 

"Tu crois que j'aime les pochettes perforées, les rouleaux adhésifs, tu crois qu'un homme normal a envie, un jour, de vendre des chemises dos à soufflet ?!... Que veux-tu que je fasse ? J'ai fait le con jusqu'à quarante ans, ah bien sûr je t'amusais, j'amusais beaucoup mes amis avec mes conneries, mais le soir qui est seul comme un rat ? Qui rentre tout seul dans sa tanière le soir ? Le bouffon seul à crever qui allume tout ce qui parle et qui trouve sur le répondeur qui ? Sa mère. Sa mère et sa mère."

Yvan dans ART de Yasmina Réza

 

« Comment s'appelle le...
-- Peintre ? Antrios.

-- Connu ?
-- Très. Très.
-- Serge, tu n'as pas acheté ce tableau 200 000 francs ?
-- Mais, mon vieux, c'est le prix. C'est un Antrios.
-- Tu n'as pas acheté ce tableau 200 000 francs ?
-- J'étais sûr que tu passerais à côté.
-- Tu as acheté cette merde 200 000 francs ?! »

Marc et Serge dans ART de Yasmina Réza